Portland

Publié le par Mohamed Zainabi

Comme promis, je continue à rédiger le résumé des activités que nous avions eus aux USA. Mon objectif est d'immortaliser les moments inoubliables que j'ai personnellement vécu.

De Memphis, nous avons mis le cap sur portland où nous sommes arrivés le mercredi 2 février.

Par sa nature et par la notion écologique qui y est très développée, Portland est une ville verte où l'on peut respirer l'air pur. C'est un véritable bout de paradis sur terre.

C'est aussi la ville où les produits commerciaux sont exonérés d'impôts. De même, pour l'encouragement des transports publics, il y a des bus qui ne coûtent presque rien. Portland est d'une nature variée : aux montagnes aux cimes blanchâtres s'ajoutent des étendues forestières toutes vertes, de longues rivières…

Un concept inédit de police citoyenne est mis en place dans cette ville. Ce concept est basé sur le partenariat entre les policiers et les citoyens. Des réunions sont tenues entre les représentants des deux parties pour que la sécurité soit garantie au maximum.

Lors de notre séjour à Portland, nous avons été reçu par l'un des grands responsables de la police locale qui  nous a donné d'amples explications sur leur travail de tous les jours et sur leur façon, très particulière, d'opérer. Nos GSU doivent en prendre de la graine. Parce que la concertation avec les citoyens donnera une autre dimension à leur travail.

Le lendemain, nous avons pris connaissance du «Center for Social Environmental justice» qui s'occupe des problèmes de la pauvreté, des inégalités sociales et de l'environnement.

Par la suite, nous avons eu, au Portland State university, un intéressant échange de points de vue avec l'universitaire, madame Barbara Tint à propos de la résolution des conflits par l'intermédiation. Dans ce cadre, l'université où travaille cette universitaire dispense une formation très pointue à des élèves qui viennent de différents horizons. Nous avos eu une autre au World Affairs concil of Oregon comme nous avons été chez la police dans son Portland Police Bureau.

Le vendredi, nous avons rencontré le directeur exécutif d'une Organisation locale qui s'occupe des immigrants et des réfugiés. Nos avons également rencontré le Directeur exécutif de l'Association «National indian child Welfare». Grâce à ce monsieur, de mère indienne, nous avons écouté de poignants témoignages sur les souffrances ayant été endurées par le peuple indien qui n'est pas prêt d'oublier son douloureux passé qui continue d'influer sur sa vie actuelle.

A la fin de notre séjour à Portland, nous avons eu l'heur d'effectuer une visite touristique des environs de la ville à travers laquelle nous avons découvert notamment les gorges de la rivière Columbia et le pont «Benson bridge»…

Prochaine étape : Cincinnati. 

Posté par zainabi à 23:56 - Mon Actu - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]

jeudi 24 février

Remake

A la demande de quelques jeunes amis, étudiants universitaires, je mets en ligne un article que j'ai déjà publié sur les colonnes de l'hebdomadaire "Le Reporter".

A travers des visions, des prêches et des discours politiques

Des adeptes d'Abdesslam Yassine intensifient les prophéties

Sursaut : «Al Adl Wa Al Ihssane» ressort de sa réserve. Dans un méli-mélo politico-religieux, le mouvement tente de se refaire une santé. Certains de ses adeptes, prophétisent même l'imminence de sa victoire sur le pouvoir en place.

Répondant, avec grande discipline, à l'appel de leur organisation; les adeptes du mouvement «Al Adl Wa Al Ihssane» (Justice et bienfaisance) ont été nombreux à participer à la marche organisée le dimanche 28 novembre à Rabat, -en principe- en solidarité avec les peuples palestinien et irakien. C'est le «Groupe d'action de soutien à l'Irak et la Palestine» (GASIP) qui a pris l'initiative d'appeler à cette marche et c'est le mouvement de cheikh Yassine qui en a le plus profité pour exhiber ses «muscles» (voir le n°315 du Reporter ayant titré à la une : Une marche pour Al Adl Wa Al Ihsane?». Pour immortaliser sa victoire dans la marche de Rabat, le mouvement de cheikh Yassine revient à la charge. Dans cette perspective, son département de communication (combien de partis marocains ont pareil département?) a relayé les marcheurs. Il a préparé et diffusé un reportage sous forme de V-CD qui est également consultable et téléchargeable à travers le site web de la Jamaà (là encore, combien de partis marocains ont un site web de ce genre?).

Exclusivisme

Le reportage d'«Al Adl Wa Al Ihssane» qui dure 30 minutes, est un produit réussi de marketing. Son objectif: bien vendre la «Jamaà». Ses concepteurs ratissent large en ciblant différents publics: le lettré, l'analphabète, l'adulte, l'enfant, la femme, l'homme...  Et, comme la plupart des produits de marketing, celui des adeptes du cheikh Yassine verse dans le publicitaire, même en sortant la marche de son véritable contexte. En effet, la speakerine qui s'est chargée de commenter les images diffusées à travers ce produit précise que la dénonciation de l'organisation par le Maroc du Forum de l'avenir s'inscrit parmi les motivations ayant poussé les manifestants à participer massivement à la marche de Rabat. Au passage, la commentatrice oublie sournoisement de rappeler, par exemple, que c'est à l'initiative du «Groupe d'action de soutien à l'Irak et la Palestine» (GASIP) que la marche du 28 novembre a eu lieu. D'ailleurs, toutes les images du reportage éliminent les autres participants à la marche et ne montrent principalement que des barbus et des voilées. Du reste, noyées sous des chants religieux, ces images dominantes sont entrecoupées notamment de zooms sur l'image d'Ahmed Yassine, de Rantissi, mais aussi du Cheikh de la Jamaà, de sa fille et de ses proches collaborateurs ainsi que des drapeaux de la Jamaà. Dans ce défilement, à peine peut-on apercevoir l'image survolée d'Abderrahmane Benameur (AMDH) qui était accroché à l'épaule de barbus (bien sûr!). Encore que, même dans cette prise de vue, il est facile de deviner celui que la camera voulait véritablement mettre sous les feux de la rampe. Par ailleurs, pour agrémenter ces images, le micro a été tendu aux leaders de la Jamaà dont la fille d'Abdesslam Yassine ainsi que des membres du Conseil d'Al Irchad (orientation) et du Cercle politique. Leurs propos ont consisté en un méli-mélo politico-religieux dont nous rapportons les extraits qui suivent.

Déclarations :

Fathallah Arsalane, porte-parole de la Jamaà :

«Cette marche est un message destiné notamment aux gouvernants démissionnaires… Elle confirme qu'il y a encore de la vie dans la Oumma…».

Nadia Yassine, du département des femmes de la Jamaà (fille du cheikh) :

«La Jamaà est la conscience du peuple marocain…»

Omar Amkassou, membre du secrétariat général du cercle politique de la Jamaà

«Nous avons décidé que notre marche soit imposante pour prouver la crédibilité de notre mouvement…». Dans le reportage, cette déclaration a été suivie par la répétition en chœur par de nombreux manifestants de ce slogan: «Alaik lamane alaik lamane, la houkouma la barlamane!» (Sois en sûr, il n'y a ni gouvernement ni parlement!»

Abdelkrim El Alami, membre du Conseil d'Al irchad:

«La marche n'est qu'un point de départ…»

Mohamed Barchi, membre du Conseil d'Al irchad:

«Le jour viendra où la vérité éclatera et dissipera le mensonge»

Un manifestant (barbu):

«Toute oumma qui s'égare de la voie du djihad est voué au déclin»

Mohammed Abbadi, membre du Conseil d'Al irchad (Ce membre a eu le mot de la fin, son intervention a été prononcée sur un ton et dans une ambiance de prêche):

«L'appel à l'islam revient (addaàwa kadima), la victoire viendra et la conquête est proche (annasrou atine wa al fathou karib). Revenez à Dieu!… C'est une marche jusqu'à la victoire». L'assistance immédiate de l'orateur clame à l'unisson: «Dieu est grand». Il poursuit: «Le califat sera rétabli selon le modèle du prophète (Al Khilafatou satàoud àala minhaje annouboua)».

Visions

Le reportage des adeptes de cheikh Yassine comporte deux témoignages audio (les visages des témoins n'ont pas été montrés) sur des rêves qu'auraient faits deux manifestants qui ont participé à la marche de Rabat. Le premier est celui d'une femme qui, en venant de Safi, rapporte qu'une de ses amies lui a raconté qu'elle a vu des anges personnifiés en oiseaux et qu'elle aperçu le prophète sidna Mohamed (que la prière et le salut soient sur lui», tout habillé de blanc, en train de leur distribuer des dattes…». L'autre témoin, un homme ayant la voix forte, rapporte avoir vu, lui-même, le ciel s'ouvrir et laisser apparaître des anges également personnifiés en oiseaux. Le témoin ajoute qu'il a vu le prophète et l'ange Gabriel. Il a aussi entendu dans son rêve l'appel d'un manifestant qui répétait que l'ange Gabriel couvrait de son aile étendue les marcheurs….

Pour qui ne comprend pas le mot «Rouia» (vision), en écoutant ces témoignages, il croirait que leurs auteurs racontent non pas un rêve mais une histoire réellement vécue.

Prophéties

Les visions qui sont synonymes de rêves où l'on voit le prophète ou/et ses compagnons et qui comportent des messages à décoder, semblent être courantes chez les adeptes d'Al Adl Wal Ihsane. Le site de la Jamaà foisonne de témoignages à ce sujet. Ces visions sont si courantes que l'une des réunions hebdomadaires que préside habituellement cheikh Yassine a été réservée à ce thème. Il est communément admis au sein de la Jamaà que certaines de ces visions augurent l'imminence du rétablissement du Califat au Maroc tel que le veut Al Adl Wal Ihsane.

Publié dans Mon Actu

Commenter cet article