La fête se poursuit à casa

Publié le par Zainabi

Le festival de Casablanca a commencé, samedi soir, sur les chapeaux de roues. Franchement, avec ma femme et mes filles, je n’ai pas pu assister convenablement au spectacle inaugural. La cohorte nous en a empêché. Normal, c’était un spectacle de rue.

 

Du reste, l’ambiance s’annonce bonne.

 

Certes, il y a toujours, des petits spectacles dans le spectacle qu’il faut subir. Mais, c’est aussi ça Casablanca.

 

Pour les cinéphiles, voici, de précieux renseignements sur le programme cinématographique prévus à l’occasion du festival :

 

 

Plusieurs programmes ont été conçus pour répondre à toutes les envies. 60 projections, près de 40 films, 3 écrans (2 écrans en plein air et le cinéma Lynx), découpées par thème, permettront à chacun d’aller au cinéma en toute liberté. La section "Junior" est destinée aux enfants de 3 à 12 ans. De Chaplin à l’actuelle animation japonaise, celle-ci permettra aux petits d’effectuer tour du monde et voyage dans le temps, avec comme fils conducteurs rire et féerie. Programme miroir, conçu dans la continuité de l’exposition photo "Ana Bidaoui, Ana Bidaouia", "Portraits de Casablancais" est composé de films marocains contemporains dépeignant dans le drame ou le rire, mais souvent avec justesse, les habitants de cette ville.
La section cinéma indien créera l’événement avec la présence de l’actrice Rani Mukherjee, invitée d’honneur de cette première édition, à qui le festival rendra hommage grâce à une programmation intitulée "Rani Mukherjee l'expérience d'une actrice à Bollywood". L'actrice viendra présenter quatre de ses films, et animera un atelier d'une demi-journée.
Le programme "Haute Mer" diffusé face à l’océan, reprendra de grands films d’aventure avec pirates et naufrages assurés, pour les amateurs de sensations fortes ne craignant pas le mal de mer. Des "Avants-Premières" de films tous publics viendront compléter cette programmation. En avant-première mondiale, l’adaptation à l’écran de l’¦uvre magistrale de Mohamed Choukri, "Le pain nu" du réalisateur algérien Rachid Benhadj, avec le talentueux et international acteur marocain Saïd Taghmaoui.
Enfin, une soirée "Spécial Jamel Debbouze" proposera la projection de "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre".
Ces projections auront lieu tous les jours sur deux écrans géants installés sur la plage Lalla Meriem et au Parc de l’Hermitage. Plusieurs séances sont prévues par jour.

Cinéma Lynx
Le seul espace fermé et payant du Festival abritera une sélection de films destinée à un public cinéphile ou curieux de découvrir un type de cinéma exigeant, très peu ou quasiment pas diffusé au Maroc. Un panorama de films d’auteurs contemporains présentera les meilleurs films art et essai de l’année, signés par des réalisateurs de renom tels que Gus Van Sant ("Last days"), Wong Kar Wai ("2046") ou encore André Téchiné avec "Les temps qui changent", le film qu’il a réalisé au Maroc l’an dernier. Une section "Découverte" avec des films du Sud venus de Palestine ("Paradise now" de Hany Abu Assad, primé au dernier festival de Berlin), Israël ( "Avanim", le très remarqué film de Raphaël Nadjari) ou encore l’Iran ("Tabous", documentaire saisissant sur les m¦urs sexuelles de la société iranienne actuelle).
Le prix de la séance a été exceptionnellement réduit à 20 dirhams pour la durée du festival. Un pass de 150 dirhams pour dix places, valables pour 2 personnes du 17 au 23 juillet 2005, sera en vente au guichet du cinéma Lynx.

 

Publié dans Art & Culture

Commenter cet article