Exploitation sexuelle des enfants

Publié le par Mohamed Zainabi

Maintenant, il faut agir, vite !

Rabat a abrité du 14 au 16 décembre courant la 2ème Conférence Arabo-Africaine  sur «La vulnérabilité de l'enfance face à l'exploitation, la violence et l'abus sexuel». Placée sous le Haut patronage de S.M Mohamed VI, cet événement a été organisé par le Secrétariat d'Etat chargé de la Famille, de l'Enfance et des Personnes Handicapées avec l'appui notamment de l'UNICEF, du Bureau International du Travail (BIT), d'IPEC (programme international du BIT pour l'abolition du travail des enfants) et de l'ECPAT (un réseau international d'organisations luttant contre le trafic des enfants à des fins sexuelles ainsi que la prostitution et la pornographie enfantines), de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), d'Interpol de terre des Hommes et de l'ONG «Save The Children». Il a rassemblé environ quatre cents participants venus d'une cinquantaine de pays arabes et africains. Les débats ont été essentiellement axés sur la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants. Dans ce cadre, les participants ont dressé le bilan des résultats obtenus dans les pays arabes et africains en regard des engagements qu'ils ont pris lors du Congrès Mondial contre l'exploitation sexuelle des Enfants tenu à Stockholm en 1996, du Congrès de Yokohama tenu en 2001 contre l'exploitation sexuelle des Enfants à des fins commerciales, de la première conférence sur l'exploitation sexuelle des enfants tenue à Rabat en 2001 et de la Session Extraordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies consacrée aux enfants en 2002 à New York. A ce propos, il a été constaté que des progrès ont été enregistrés dans plusieurs pays arabes et africains. A titre indicatif, 23 des 24 pays de la région d'Afrique de l'Ouest et du centre ont désigné un ministre «point focal» pour coordonner les actions menées dans le domaine de la protection de l'enfance. Dans cette même perspective, d'autres pays ont mis en place un plan national et/ou harmonisé les législations nationales avec des conventions internationales. Mais, devant la complexité du phénomène de l'exploitation sexuelle des enfants qui, selon les pays, va en s'aggravant soit à cause de la pauvreté, de la dislocation familiale, des conflits armés, de la migration ou encore du tourisme sexuel…; les participants à la Conférence de Rabat ont émis de nouvelles recommandations pour mieux protéger les enfants face aux dangers de l'exploitation sexuelle. Les principales recommandations émises ont appelé à inscrire la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants comme priorité dans le processus du développement durable, à améliorer l'accès des enfants à l'information, à mettre en place des structures de surveillance dédiées aux enfants à haut risque, à développer davantage des instruments d'identification et de contrôle des réseaux d'exploitation des enfants, à criminaliser toutes les atteintes et agressions sexuelles sur les enfants, à impliquer les médias dans la stratégie de lutte contre ce phénomène et à renforcer la coopération internationale pour la protection des enfants.  Les Etats ont été exhortés d'allouer des ressources conséquentes pour que les objectifs tracés dans ce cadre soient atteints.

Le Maroc, pour qu'il soit réellement digne de ses enfants, pourrait s'inspirer de ces recommandations pour rendre encore plus pertinent son projet de Plan National pour l'enfance. Lequel devrait être lancé dès l'année  prochaine et s'étaler jusqu'en 2015.

Déclarations:

Thomas Mc Dermott, directeur régional de l'UNICEF pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord:

«Le leadership du Maroc est incontestable en matière de protection de l'enfance en Afrique et dans le monde arabe».

Zohreh Tabatabai, directrice du département de communication du Bureau International du Travail

«… Il faudrait surtout, pour protéger efficacement les enfants, s'attaquer au problème de la pauvreté qui est la véritable source dont se nourrit les pires épiphénomènes que peut connaître toute société».

Josephine De Linde, présidente d'ECPAT (Réseau international d'organisations luttant contre le trafic des enfants à des fins sexuelles ainsi que la prostitution et la pornographie enfantines):

«Les résultats de la Conférence de rabat guideront pour les années à venir le combat mené contre les exploiteurs et abuseurs des enfants dans le monde arabo-africain.»

Michel Grégoire, Conseiller technique principal du BIT dans le projet de lutte contre le trafic des enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre (Luterna):

«Désormais, le mot d'ordre qui doit être partout lancé est «tolérance zéro» en ce qui concerne toues les formes d'exploitation des enfants, tant dans le domaine des pires formes du travail des enfants que dans celui de leur exploitation sexuelle à des fins commerciales ou autres…».

Publié dans Actu Sociale

Commenter cet article

Jacques Benoit 26/07/2006 03:21


SixiÚme sens 01/12/2005 03:29

Danse avec les loups est un blog entièrement consacré à la paix, je t'invite à y venir pour partager ensemble une action dans ce sens. Ton blog m'interpelle comme tout ceux qui traitent de sujets humains tout ça dans un esprit de solidarité.