Sus à la violence contre les femmes !

Publié le par Mohamed Zainabi

Le Maroc comme le reste des pays du monde commémore le 25 novembre de chaque année la journée mondiale de lutte contre la violence à l'égard des femmes, c'est surtout pendant cette journée que l'on parle avec prolixité de ce phénomène dans le cadre de rencontres tenues à l'occasion et également dans la presse. La mémoire collective se remémore aussi, occasionnellement, ce phénomène quand la société reçoit sur les bras le cadavre inanimé de l'une ou l'autre femme atrocement massacrée. Ce fut le cas quand le Maroc a été secoué par le crime odieux d'un pyromane qui a brûlé vive la jeune Malika; ce fut aussi le cas quand, plus récemment, un violeur que la justice n'a pas voulu protéger contre lui-même, a assassiné la jeune Amal Samih... Mais, après des moments d'épanchement émotionnel primaire et de simples pleurnicheries qui ne changent rien à la situation des femmes victimes de la violence, le sujet est jeté après chaque drame aux oubliettes…en attendant un nouveau drame.

Pourtant, dans une société phallocratique telle que la société marocaine, la violence que subissent les femmes est quotidienne, permanente. Ses victimes sont ces épouses que des maris masochistes et sadiques frappent, séquestrent, violent, insultent ou maltraitent impunément; ces sœurs que des frères ou des tuteurs violentent pour les assujettir à une obéissance de chiennes de garde; ces petites bonnes auxquelles des «patronnes» sans cœur font subir le martyre; ces armées de travailleuses que des employeurs exploitent et que des assoiffés sexuels considèrent comme des objets sexuels; ces nombreuses fillettes, filles et femmes que des inconnus agressent de différentes façons au vu et au su de tout le monde…

Contre ces crimes qui restent, le plus souvent, impunis, voire tus à jamais; une action permanente est demandée. Dans ce cadre les efforts déployés par des acteurs actifs de la société civile sont louables à plusieurs égards. Ce sont eux qui ont permis de briser le silence en encourageant des femmes victimes de violence à élever leur voix pour témoigner de leurs souffrances. Des centres d'accueil de ces femmes, tel celui de FAMA à Casablanca ouvert par l'Association Marocaine des Droits des Femmes (AMDF), a permis la collecte de précieuses informations qui ont ouvert la voie à une prise de conscience collective de l'ampleur du phénomène. Ces chiffres présentés par cette association à travers son rapport 2004, sont effarants. Ils se passent de tout commentaire et en appellent à une action rapide et efficace contre le drame des femmes victimes de la violence.

Cependant, le travail effectué par ces acteurs, souffrant de manque de moyens tant moyens que matériels et auxquels l'Etat refuse -même pour les plus actifs d'entre eux- la reconnaissance de leur utilité publique-, ne peut suffire pour combattre un fléau aussi ancré dans l'esprit du Marocain que celui de la violence contre la femme, qu'elle soit la fille, l'épouse, la bonne, la travailleuse, la sœur, l'inconnue… Ce phénomène ne peut être atténué qu'au moyen d'une stratégie d'ensemble qui doit mener au front de ce combat, aux côtés de la justice et des pouvoirs publics, l'ensemble des véritables citoyens.

Publié dans Actu Sociale

Commenter cet article

jihane 28/02/2008 23:23

oui c'est super ce sujet il est tropppp bien fait en effetbravo

Jacques Benoit 26/07/2006 15:20