L'action du CICR à Guantanamo Bay

Publié le par Mohamed Zainabi

Devant le siège du CICR-Genève

Genève (CICR) – Depuis le début de 2002, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) visite régulièrement le lieu d'internement des États-Unis à Guantanamo Bay, afin de s'assurer que les personnes qui y sont internées sont traitées selon les règles et normes applicables du droit international. Il leur donne aussi la possibilité de rester en contact avec leur famille au moyen des messages Croix-Rouge.

La teneur des démarches et des rapports du CICR est confidentielle et communiquée exclusivement aux autorités détentrices compétentes. Par conséquent, conformément à sa ligne de conduite habituelle, l'institution ne confirmera pas et ne démentira pas publiquement que les citations dans l'article "Red Cross Finds Detainee Abuse in Guantanamo", paru dans le New York Times du 30 novembre, correspondent aux constatations transmises par le CICR aux autorités américaines concernant les conditions d'internement et le traitement réservé aux personnes privées de liberté à Guantanamo Bay.

Le CICR profite de ses échanges avec les gouvernements pour faire clairement comprendre ses préoccupations et ses recommandations au sujet de la situation dans les lieux de détention et pour demander, si besoin est, que des changements y soient apportés. Guantanamo Bay ne fait pas exception à la règle. Le CICR reste convaincu que le principe des démarches directes et confidentielles auprès des autorités détentrices concoure le mieux à la réalisation de son objectif, à savoir faire en sorte que le traitement des personnes internées réponde aux normes fixées par le droit international humanitaire. Ce principe a permis au CICR d'avoir accès de manière répétée et régulière aux personnes internées à Guantanamo Bay et de s'entretenir avec elles sans témoin.

Récemment, la création de l'Office of Detainee Affairs au sein du ministère américain de la Défense a fourni un lieu de dialogue où des questions relatives à Guantanamo Bay peuvent être abordées plus rapidement et de manière plus systématique. Néanmoins, le CICR reste préoccupé par le fait que des problèmes importants concernant les conditions d'internement et le traitement des personnes se trouvant à Guantanamo Bay n'ont pas encore pu être traitées de manière adéquate. L'institution poursuivra ses discussions sur ces problèmes avec les autorités américaines.

En 2003, le CICR a visité plus de 2 000 lieux de détention où près de 450 000 personnes sont privées de liberté, dans 80 pays environ. Pour des milliers d'entre elles, dont beaucoup à Guantanamo Bay, les visites effectuées par le CICR représentent leur seul contact avec le monde extérieur.

Publié dans Actu Politique

Commenter cet article

SixiÚme sens 01/12/2005 03:29

Danse avec les loups est un blog entièrement consacré à la paix, je t'invite à y venir pour partager ensemble une action dans ce sens. Ton blog m'interpelle comme tout ceux qui traitent de sujets humains tout ça dans un esprit de solidarité.