Regards

Publié le par Mohamed Zainabi

Le pêcheur

Le long d'une plage déserte, le soleil vient étendre ses rayons qui semblent prendre leur temps de se rafraîchir avant de s'envoler dans les cieux. Sous leur lumière encore légère, un petit bateau glisse au loin sur un espace doré. On le dirait un grain de beauté sur la joue d'une princesse d'antan. Des oiseaux semblaient lui montrer gaiement le chemin. Il s'éloigne en laissant derrière lui son ombre qui grandit. Sur ce petit bateau, un homme se tient debout. A voir ses gestes vigoureux, il donne l'air de vouloir dompter les vagues. De toutes ses forces, il jette son filet, attend longtemps et le tire. Triomphalement, il ramène sa pêche sur son bateau qui se balance légèrement sous ses pieds.

Le pêcheur, en sueur, sourit. Les oiseaux gazouillent pour partager son bonheur. Cet homme au visage buriné par l'âge, aux mains marquées par l'effort, au dos courbé par l'attente, au teint assombri par les insolations, au sourire intact malgré les douleurs; trône majestueusement au milieu des flots. Par sa posture, il s'érige en roi de l'océan. Son royaume est l'infini, son trône est son petit bateau. Chaque matin, il est heureux d'un bonheur royal de revenir à bon port.

Toute sa vie est faite d'interminables allers-retours.

 Des allers de plus en plus durs à faire et des retours toujours incertains. Ses éternelles consolations: ce bonheur indéfinissable de ramener le filet, rempli, sur son bateau; cette étrange sensation de sonder les secrets de l'univers qu'il a toujours l'impression de transpercer par ses rames et de pénétrer à travers le sillage de son bateau.

Après chaque retour, fatigué mais heureux, le pêcheur ramène chez lui, en plus de sa pêche; une autre histoire sur les gros requins et les petits poissons, sur la cruauté des vagues, sur la vie. En l'accueillant, sa femme, ses enfants et ses petits enfants attendent aussi impatiemment ses poissons délicieux que ses histoires.

Je lui demanderai un jour de vous compter une de ces histoires…

Publié dans Vidéos

Commenter cet article